La France au secours de l'Amérique

La France au secours de lAmériqueJacques de Trentinian, ami de l’Académie et petit-fils du général Edgard de Trentinian, dont le buste orne notre salle Bourdarie, a rédigé et réalisé ici un travail historique exemplaire en ce qu’il démontre toutes les précisions que peut apporter l’analyse exhaustive d’un document inédit, éclairé et complété par des sources externes.

Le document découvert est un dossier précisant la distribution par navire des officiers de l’armée de Rochambeau, transportés par l’escadre et le convoi de Ternay pour renforcer en 1780 les combattants américains, sous le nom « d’expédition particulière».
Le comité consultatif des historiens de la Société en France des Fils de la Révolution américaine a collaboré à cet ouvrage.


La première partie rappelle, en une synthèse qui précède l’analyse du document, les épisodes de la traversée de Ternay, éclairés par les archives du Service historique de la Défense et celles de la Marine, conservées aux Archives nationales.

Vient ensuite le dictionnaire par navire, établi à partir de la « liste des passagers embarqués » sur les onze navires de guerre et les trente-deux bâtiments de transport partis de Brest, auxquels sont ajoutés cinq bateaux de convoi et sept navires de guerre, essentiellement des frégates dont la fameuse Hermione qui ont contribué au corps expéditionnaire après l’arrivée en Amérique, au total, cinquante-cinq bâtiments.

Les listes d’officiers à la table des capitaines (beaucoup de ces derniers sont des officiers auxiliaires, servant en temps de guerre dans des grades dits intermédiaires) sont complétées par les rôles d’équipage et l’effectif des troupes embarquées avec indication de leur corps d’origine.

L’analyse qui suit cette recension permet de retracer la carrière des officiers de l’escadre, celle des navires, donne la description des unités embarquées, avec état-major, administration, matériel d’artillerie, renforts, services d’intendance et de santé.

Des développements particuliers viennent enfin éclairer cette étude analytique. Ils font le point sur l’engagement du 20 juin où Ternay, tout à sa mission d’acheminer le corps expéditionnaire, se refuse à vouloir écraser une force navale anglaise inférieure.

Le point est fait aussi sur la vie et l’habillement à bord, sur l’organisation de l’état-major, de l’infanterie et des services. Le journal du capitaine de Bertrand, du régiment de Royal Deux-Ponts, vient éclairer l’ensemble de la campagne et les annexes reprennent en tableaux synthétiques la liste des officiers de Rochambeau, par régiment, par vaisseau et par bâtiment, celle par vaisseau des officiers des troupes de marine, de la garnison des vaisseaux commandée par ces officiers, enfin celle des officiers de la marine.

Toutes ces précisions disent la richesse et l’utilité pour le chercheur du dossier ici établi pour éclairer objectivement cette phase de la guerre d’Amérique. Un léger regret : la typographie donne trop souvent « mile » (anglais, de 1609 m.) pour mille (marin, de 1852 m.), sauf dans le journal cité et la correspondance de Rochambeau ; les distances en mer ne sont pas celles de la route de Yorktown ; le lecteur rétablira selon le contexte.

Ce lecteur en tout cas, doit savoir gré, avec tous les spécialistes de la guerre d’Amérique, à Jacques de Trentinian et aux Fils de la Révolution américaine de ce dossier précis et fouillé qui facilite par sa présentation toute recherche personnelle ou ponctuelle sur l’escadre de Ternay et «l’expédition particulière» de Rochambeau.


Philippe Bonnichon


Ph Bonnichon est le président de l’Académie des Sciences d’Outremer, ancien colonel des troupes de Marine et maître de conférence (h) à l’Université Paris IV Sorbonne.

 

Vous pouvez commander cet ouvrage auprès de la Société en France des Fils de la Révolution américaine en téléchargeant ce bon ou directement sur le site des éditions de L'Harmattan.

 

mailPour contacter l'auteur.